This entry was inspired by the hunger strike of Jean-Marie Matagne, which has by now lasted 21st days. I thought it was a good idea to try and write it in French...

Pour une Union Européenne sans armes nuclèaires

Pourquoi l'union européenne ne s'est elle pas materialisée, du moins pas au rythme qui serait nécessaire si l'intention est de répondre aux problèmes urgents de la crise économique et financière?

La réponse est facile à donner: l'économie est en grande partie politique. Par conséquent, il faudrait d'abord réaliser une union politique pleine et entière pour que l'union économique devienne une réalité.

Il faut faire une mise en garde importante, cependant. La politique est à son tour en grande partie une question de la guerre et de la paix. Cela vaut également pour l'Union européenne. Au début, la vision européenne a été fondée sur ce point, comme nous le lisons dans le "Manifeste de Ventotene" (1941). Les deux auteurs de ce texte fondateur, Altiero Spinelli et Ernesto Rossi, étaient partisans de l'argument fort d'Alexander Hamilton en faveur du fédéralisme: "Espérer le maintien de l’harmonie entre plusieurs Etats indépendants et voisins, ce serait perdre de vue le cours uniforme des événements humains et aller contre l’expérience des siècles."

Sur la base de cette idée réaliste, l'union économique présuppose l'union politique, qui à son tour exige l'union militaire. Ici se pose la question: pourquoi doit-il être si difficile de parvenir à une union militaire et politique des états éuropéens? La réponse spontanée, non seulement des Vrais Finlandais et leurs homologues en Europe mais aussi d'une grande partie de la gauche politique, c'est que l'idée d'un état fédérale européenne n'a pas obtenu le soutien des peuples. Une union européenne politique et de défense ne serait donc pas démocratique, il est réclamé.

C'est ignorer le fait que le premier Parlement européen élu, en 1984, a adopté, avec une confortable majorité (237 votes sur 31 avec 43 abstentions), le projet de traité instituant l'union politique européenne (qui d'ailleurs avait été proposé par le même Spinelli du "manifeste de Ventotene"). Presque tous les élus ont appuyé la proposition, mais tous les gouvernements l'ont rejeté.

Ce qu'on oublie aussi, ou qu'on ne veux pas ou n'ose pas prendre en compte , ce sont les armes de destruction massive. Comme un citoyen Finlandais qui aime bien la France, je dois pourtant donner raison à M. Jean-Marie Matagne qui a constaté, en commencent son grêve de la faim*, qu'il existe en France une sorte d’omertà nucléaire. Et comme un citoyen de l'UE, je retrouve ce silence honteux sur le plan européen. Sans doute, quelques géneraux de l'OTAN en discutent, mais pour les citoyens cette question clé est restée tabou.

”Le peuple français n’a jamais été consulté sur la question des armes nucléaires, armes de crimes contre l’humanité, construites en son nom et avec ses subsides”, a dit M. Matagne. Le peuple Finlandais non plus...

Cet obstacle, et la fausse idée de souveraineté absolue qui l'accompagne, doit être éliminé.

L'union européenne démocratique commence avec le désarmement nucléaire européenne, donc avec l'abolition des forces nucléaires françaises et britanniques, et le désengagement militaire américaine en Europe. Il s'agit-là d'un vrai projet de libération.

Mais nous ne devrions pas attendre que le Président de la Commission européenne, ou bien l'un de Présidents ou premiers des pays membres de l'UE, vont prendre l'initiative. Seule la pression d'un fort mouvement européenne pour la paix et le désarmement pourrait les faire tourner leurs manteaux.

Mikael Böök Lovisa Finlande